Le moulin de Chevaufeu à Lavausseau

Vue de la ferme de Cheveufeu
Moulin de Chevaufeu, à Lavausseau, début XXème siècle.

Le lieu-dit de Chevaufeu

Sur le plan de la commune 2021, si le lieu-dit « CHEVAUFEU » est bien identifié (actuellement pépinière GIRARD-VITRE), le lieu-dit « LE MOULIN DE CHEVAUFEU » (actuellement propriété privée) a été oublié !

Voici une ancienne carte des environs de Boivre-la-Vallée montrant l’emplacement du lieu-dit de Chevaufeu


Et voici une carte plus récente de la même région :

iframe src= »https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d42295.876531714406!2d0.07551388260166636!3d46.55643621591092!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47fd8c7ba0e0c2fd%3A0xdad86a41ea3eeddb!2sChevaufeu%2C%2086470%20Boivre-la-Vall%C3%A9e!5e1!3m2!1sfr!2sfr!4v1658479744270!5m2!1sfr!2sfr » width= »100% » height= »450″ style= »border:0; » allowfullscreen= » » loading= »lazy » referrerpolicy= »no-referrer-when-downgrade »>

Histoire de Chevaufeu

A l’origine, en 1483, CHEVAUFEU c’est à la fois un Moulin «banal»* et une ferme qui dépendent de l’abbaye de St Cyprien de Poitiers.

En 1563 CHEVAUFEU devient propriété de la commanderie de La Vausseau (aujourd’hui Lavausseau).

En 1632, on sait que le moulin de Chevaufeu a encore 2 roues et 2 meules : la meule à blanc (farine) et la meule à bran (son). Le domaine comportait également une maison et une grange et quelques terres, prés et un grand jardin.

En 1693, le meunier Jacques Boullier qui vivait dans la maison la décrivait ainsi :

« une chambre basse sans cheminée, une petite chambre haute par le dessus plus une grange et les étables et y joignant un four »

Le 22 juillet 1738, le Commandeur de Saint Rémy et La Vausseau afferme** le moulin de Chevaufeu à Robin de la Peschelerie (maitre orfèvre à Poitiers) pour gérer le domaine. Il en devient le fermier général**.

Aux alentours de 1743, Madame de la Peschelerie, dame Jeanne Moussault, reprend alors la charge de fermier général suite au décès de son époux Robin de la Peschelerie.

Le 3 juillet 1745, Monsieur Le Chevalier de La Laurencie, commandeur de Saint Rémy et La Vausseau arrête un marché avec le charpentier Jean Chartier pour réaliser des ouvrages de démollition, sciage, façon, pose et rétablissement du tout (moulin, pont, canal).


*Moulin banal, banalité, de quoi s’agit-il ?

Au Moyen Age et sous l’Ancien Régime, on appelait banalités des droits liés à l’exercice de la seigneurie, en particulier les monopoles économiques.

Dans la seigneurie médiévale il s’agissait surtout de moulins, auberges, forges, fours à pain et pressoirs

« Moulin et four étaient tous deux soumis au droit de banalité d’un seigneur : tous les habitants d’une terre seigneuriale étaient tenus, moyennant redevance, d’utiliser pour moudre leur grain et cuire leur pain, le moulin et le four banaux, propriété du suzerain. »

**Qu’est-ce que l’affermage ?

C’est l’action par laquelle le propriétaire d’un bien en cède à un autre la jouissance et l’usufruit au moyen d’une somme annuelle. Ce terme ne s’applique qu’aux biens ruraux, impôts ou fournitures.

Ex : … « J’ai affermé mes terres à un excellent fermier. »

Sources : Dictionnaire Rédet, Wikipédia, Cairn.info